Taille du texte

Région Nord-du-Québec

Le Nord-du-Québec est la région la plus vaste du Québec, mais la moins populeuse. Créée en 1987, la région administrative Nord-du-Québec couvre 55% de la superficie du Québec, soit 840 000 km2. Elle englobe trois régions sociosanitaires : Terre-cries-de-la-Baie-James, Nunavik et Nord-du-Québec.

La Jamésie, partie sud de la région administrative Nord-du-Québec, aussi appelée territoire de la Baie-James, est habitée par des Cris (descendants des premières nations à avoir habité le territoire) et par des Québécois qu'on appelle les "Jamésiens". La Jamésie présente quant à elle une superficie de 350 000 km², découpée toutefois en trois différentes catégories de terres établies par la Convention de la Baie-James et du Nord québécois de 1975.

Le territoire de la Jamésie est constitué des villes de Chibougamau, Chapais, Lebel-sur-Quévillon et Matagami ainsi que la municipalité de Baie-James qui compte les localités de Radisson, Valcanton et Villebois, ainsi que les hameaux de Desmaraisville et Miquelon. En 2012, la population jamésienne était de 14 468 habitants dont 1 656 âgés de 65 ans et plus.

La Jamésie est la plus « ressource », des régions ressources. L'hydroélectricité, les mines et la forêt constituent la base de l'économie régionale. La démesure des infrastructures hydroélectriques fait quasiment figure d'emblème du territoire de la Baie-James. En effet, plus de 50 % des installations d'Hydro-Québec est situé sur le territoire de la Baie-James, avec notamment le complexe La Grande.

La Jamésie est une région riche en potentiel et ses résidents en sont la principale ressource. Pouvant être considérées comme des obstacles au développement, les particularités régionales telles que les distances et la nordicité constituent plutôt des défis à relever et même, elles fondent une partie du sentiment de fierté des Jamésiens et des Jamésiennes.